8 ans de projets innovants pédagogiques !

Chapô

En 2012, naissaient les premiers services Communotic dont un « appel à projets innovants pédagogiques » sur fonds européens. Depuis 8 ans, plusieurs vagues de projets se sont succédées sur la programmation 2014/2020 et ont permis à une quarantaine de structures normandes de bénéficier de fonds pour s’acculturer au numérique, développer de nouvelles pratiques pédagogiques, se mettre en état d’évolution permanente...

8 ans de projets innovants
Paragraphes

Car s’il est une constante depuis une vingtaine d’années et la traversée du numérique dans nos activités, c’est bien le changement.

Flashback !

En 2012, une 1ère vague de projets a permis l'apprentissage de la formation à distance, telle qu'on la voyait au début des années 2000, avec la surcouche des technos du web collaboratif (2.0). Les organismes ont mis en place des LMS, créé des ressources en ligne, diffusé et administré des parcours de formation sur leurs plateformes. Parallèlement, le développement des réseaux sociaux numériques (facebook, twitter) a profité à la dynamique entre apprenants, avec les formateurs et le « monde du dehors ». 

C'est dans le même élan que les classes virtuelles sont arrivées dans le décor de la multimodalité et que le tutorat à distance, synchrone ou asynchrone, collaboratif ou individuel, a commencé à s’organiser.
Les premiers MOOC normands ont été déployés, révolutionnant les pratiques des apprenants, qui, au gré de leur « websurfing » ont pu grignoter librement tout ou partie de ces cours en ligne, les normands comme les autres, et enrichir leur culture d’une matière, d’un thème, d'une pratique, d'une réflexion.

Cette première vague de projets a amené la petite vingtaine d’organismes concernés à entamer une conduite de changement interne : sur l’ingénierie pédagogique, sur le service rendu, sur l’acculturation globale aux technos numériques, celles-ci ne s’arrêtant pas à la porte des formateurs, mais interagissant avec l’ensemble des composantes de la structure. C’est ainsi que la notion de « référent numérique d'organisme de formation » a vu le jour petit à petit.

Nuages de mots - 1ère vague

 

Dès 2014/2015, la 2ème vague a été celle du déploiement au sein des réseaux, et a amené certains organismes à imaginer leur nouvel écosystème pédagogique en intégrant les producteurs de numérique (filière BIM par exemple).
Les technologies déployées ont, quant à elles, fait un bond vers les « serious games », jeux en ligne collaboratifs et ressources en réalité augmentée : pour plus d’interactivité entre la machine et l’homme, pour réinstaller le jeu dans les pratiques pédagogiques et s'adapter aux devices utilisés par le plus grand nombre, à savoir les tablettes et smartphones. C’est aussi l’époque où les neuroscientifiques nous rappellent quelques principes de base, notamment celui de l’importance du ludique dans l’apprentissage.
Parallèlement, l’écosystème de professionnels normands de numérique (particulièrement ceux de l’imagerie 3D, réalité virtuelle / augmentée, vidéos 360°) a été sollicité et est entré naturellement dans la sphère de la pédagogie, avant que la filière des Edtech ne s’organise quelques années plus tard.
 

Nuages-mots-2

 

L’appel à projets PONI (Pédagogie et Orientation Numérique Innovante) 2017/2018 a constitué la 3ème vague de projets (16 en cours de déploiement). On y voit naitre de nouvelles offres de service (web TV, escape games) que les porteurs prévoient de déployer sur des cibles nouvelles (formation continue notamment).

En termes de technologies, cette vague permet aux OF de développer le mobile learning, d'expérimenter la réalité virtuelle, de mettre en place des badges numériques, de développer des applis, le codage, de chercher la place des robots dans l’apprentissage (pour l’instant comme interface homme / machine dans un processus métier). Les OF sortent du cadre pédagogique traditionnel pour flirter de plus en plus avec celui plus informel du web (MOOC, badges numériques...).

Ce qui caractèrise également cette période, ce sont les nouveaux modes de développement des projets pédagogiques. Les écosystèmes sont élargis, et ce dès le départ des projets. Ces derniers sont montés en partenariat, mettant ainsi en relation les ingénieurs pédagogiques avec les techniciens métiers, les agilistes, les laboratoires de recherche, les entreprises, les fablabs, les producteurs numérique...

On passe de projets développés par une petite entité puis déployés à l'ensemble d'un réseau à des projets co-développés dès le départ, ou chacun trouve sa place dans le développement. On passe d'une gestion traditionnelle à une gestion partagée, ouverte et agile. Les porteurs mutualisent même leurs projets dès le départ et les enrichissent par là même.

Cette approche projet qui se généralise et dépasse largement la traditionnelle réingénierie pédagogique, bouleverse les écosystèmes en place : les prestataires deviennent partenaires et apprennent autant qu’ils ne transmettent, les apprenants deviennent producteurs de ressources qu’ils pourront expérimenter et qui enrichissent leur savoir-faire numérique, les équipes pédagogiques rédigent des cahiers des charges exigeants sur des objets numériques, les professionnels du numérique font évoluer leurs produits en fonction des besoins terrain. Chacun acquiert et partage une partie de son savoir-faire numérique au profit d’un projet commun.

N’est-ce pas là le cercle vertueux de l’innovation ? Même si cette tendance est encore marginale, nous serons vigilants à son développement, surtout que la future vague de projets risque fort de mettre en scène l’intelligence artificielle, les données massives, les technologies de la blockchain, les chatbots, l’adaptive learning, autant de sujets sur lesquels personne ne sait tout, où tout le monde sait un peu et où l’alchimie fonctionnera si chacun accepte de partager et de se décaler un peu.

Nuage-mots-3

 

Alors, avant de se retrouver dans @Communotic pour cette nouvelle vague, nous vous souhaitons un bon retour de congés.

Pour poster un commentaire, veuillez vous identifier.

Connexion