Une plateforme pédagogique innovante tournée vers l’acquisition de compétences numériques et industrielles


22/02/2024
Chapô

Nous poursuivons ce mois-ci notre série d’interviews liée à l’appel à projets « Normandie Connectée - nouveaux espaces de compétences – Deffinov », sur lequel la Région vient de statuer. Second entretien avec Stève Frederick, responsable du service Mission d’Information sur la Formation et l’Emploi au sein de la Maison de l’Emploi et de la Formation du Cotentin.

Photo de Stève Frederick
Paragraphes

La Maison de l’Emploi et de la Formation du Cotentin (MEF) est, aux côtés du Groupe Fim/CCI, de l’IUT Grand Ouest Normandie (Université Caen Normandie) et de trois entreprises (Coaching Consult, Assystem/Oreka ingénierie et Fastpoint), l’un des lauréats de l’appel à projets régional Deffinov. Pouvez-vous nous présenter votre structure et les raisons qui vous ont amené à candidater ?

 

Stève Frederick : La Maison de l’Emploi et de la Formation du Cotentin est une structure ensemblière. Nous portons une activité qui se subdivise en quatre pôles : la Mission Locale, le PLIE [Plan local pour l’insertion et l’emploi], le Service Entreprises et enfin la Mission d’Information sur la Formation et l’Emploi (MIFE). La Mission Locale et le PLIE ont pour objet d’accompagner des publics spécifiques, en l’occurrence les jeunes et les demandeurs d’emploi de longue durée. Le Service Entreprises déploie pour sa part une offre de services en faveur de l’emploi durable, avec notamment des objectifs d’attractivité de métiers et de mises en relations. Quant à la Mission d’Information sur la Formation, elle vise à proposer aux habitants de la Communauté d’Agglomération du Cotentin un service gratuit de proximité. Pour ma part, outre la MIFE que je manage, j’anime un groupe numérique sur le Cotentin, appelé Cotentin Numérique. Au-delà de ma personne, c’est à lui que l’on doit ce projet de développement d’une plateforme pédagogique innovante dédiée à l’acquisition de compétences numériques.

 

Comment est née l’idée ?

 

Stève Frederick : Cotentin Numérique est un groupe informel qui réunit à la fois des entreprises du numérique, l’IUT – c’est-à-dire l’université – et des structures de formation – le groupe FIM. Cotentin Numérique est né de la volonté de plusieurs acteurs qui souhaitaient montrer que le numérique est une réalité intangible dans le bassin d’emploi du Cotentin. Nous voulions souligner qu’il existe ici pléthore de compétences de haut niveau, lesquelles permettent de développer la transition numérique. Depuis 2018, nous avons organisé deux salons intitulés Cotentin Numérique Démo pour les publics, et des afterworks à destination des entreprises. Au-delà de ces événements, nous souhaitions travailler sur un projet structurant, répondant aux entreprises ainsi qu’aux salariés qui souhaitent aller (ou vont de fait) vers la transition numérique. Les acteurs économiques ont souvent besoin de formations qui permettent de remettre le numérique au cœur de leurs métiers, et la réponse n’est pas facile à trouver. C’est précisément ce que nous allons proposer à travers notre plateforme. Elle sera également dédiée aux demandeurs d’emploi et aux étudiants pour réussir leur intégration professionnelle.

 

Que trouvera-t-on sur cette plateforme ?

 

Stève Frederick : Les personnes intéressées auront accès à de l’autoformation en ligne, à des fiches techniques, des vidéos, des quiz… Cela passera par le site Internet de Cotentin Digital. L’idée est vraiment d’orienter les salariés qui ont besoin d’aller vers des compétences numériques dans leur métier (idée « double compétences numérique »). Je pense par exemple à une entreprise du Cotentin, et dont la petite équipe de 10 personnes fabrique des vêtements personnalisés. Celle-ci a besoin de numériser ses processus de fabrication mais se heurte à une offre de formation pléthorique et pas nécessairement ciblée. Grâce à la plateforme, nous aiderons ce type de structure à s’y retrouver et à bénéficier de formations les plus adaptées possibles. Dans cette notion de transition numérique adaptée aux process, les TPE constituent d’ailleurs une cible clé. On y trouvera différents niveaux d’autoformation : débutants, intermédiaires et confirmés. 

 

Vous ambitionnez également de déployer une partie présentielle, ainsi que des Open Badges : de quelle manière ?

 

Stève Frederick : La partie présentielle est appelée à être déployée dans un second temps, une fois que notre plateforme digitale aura vu le jour. Il s’agit ici de favoriser les échanges entre experts métiers et apprenants au sein des espaces publics numériques (EPN) du Cotentin et de tiers lieux. Or, actuellement nous attendons les résultats d’un appel à projet pour la coordination des EPN dans le Cotentin (d’ici quelques semaines). Une fois le porteur désigné, nous travaillerons de concert avec lui pour gagner en efficacité.

Notre idée est également de proposer une valorisation de ces formations (micro learning) via les Open Badges « Badgeons la Normandie ». Je crois beaucoup à la notion de preuve, d’autant que j’ai assuré des bilans de compétences pendant 25 années de ma vie professionnelle. Nous allons donc nous positionner en tant que facilitateurs, en validant des certifications. Cette démarche est essentielle pour les salariés (et futurs) qui souhaitent obtenir une promotion ou qui se lancent dans une nouvelle aventure professionnelle ! Comme vous pouvez le constater, nous avons beaucoup de beaux projets à mener.

 

Pour en savoir plus : Cotentin Digital

 

À noter : Une deuxième vague de l’appel à projets “Normandie Connectée - nouveaux espaces de compétences - Deffinov” est actuellement ouverte, et ce jusqu’au 11 mars. Toutes les informations sont disponibles sur le site de la Région Normandie.

 

 

Pour poster un commentaire, veuillez vous identifier.

Connexion