Aspects économiques

Comment utiliser les logiciels libres en formation ?

Chapô

Les logiciels libres sont dorénavant une alternative alléchante pour les organismes de formation souhaitant se lancer dans la multimodalité. Toutefois, l'utilisation de ces derniers nécessite de se plier à certaines règles.

Paragraphes

 Logiciels libres

Illustration : Plaquette de « promotion des logiciels libres et des formats ouverts» de l'ÉNUMA Logiciels Libres de l'Académie de Versailles - Licence ": CC-BY-SA

http://www.tice.ac-versailles.fr/logicielslibres/IMG/pdf/enuma_logiciels_libres_print.pdf

 

1.Qu'est-ce qu'un logiciel libre ?

Un logiciel libre est un logiciel dont le code source est mis à la disposition de tous (d'où la dénomination "opensource"). Il est ainsi possible d'exécuter le programme, de le diffuser, de l'étudier, de l'améliorer et de diffuser la version améliorée. En échange, toutes les améliorations apportées doivent être communiquées à la communauté des utilisateurs. Il s'agit donc d'un co-développement où tout le monde profite des évolutions apportées progressivement à l'outil.

Avantage : si la communauté d'utilisateurs/développeurs est importante, de nombreuses évolutions et adaptations sont possibles. A l'inverse, si la communauté  est moindre, les évolutions le seront également.

 

2. Qu'est-ce qu'une licence libre ?

Toutefois, cette « mise à disposition » est régie par un certain nombre de règles définies dans le cadre d'une licence d'utilisation. La licence définie par l'auteur du logiciel détermine le périmètre d'exploitation possible du logiciel par son utilisateur et le cadre juridique inhérent.

Les licences les plus connues dans le monde du libre sont la licence GNU-GPL, la licence CeCILL, la licence Berkeley software distribution (BSD), la Mozilla Public Licence (MPL).

 

Logiciels libres licences

Tableau issu du « Guide juridique logiciels libres » de l'AEC

http://www.aecom.org/Vous-informer/Publications/Guides-juridiques/Les-Logiciels-Libres-Guide-juridique

Le présent guide est mis à disposition librement sous licence CC By-NC-SA (paternité, pas d'utilisation à des fins commerciales, redistribution à l'identique).

 

3. Quelles différences entre logiciels libres et logiciels gratuits ?

Les logiciels libres ne sont pas tous gratuits et les logiciels gratuits (autrement appelés « freeware ») ne sont pas forcément libres. C'est bien évidemment l'auteur qui définit la gratuité ou non de son logiciel. De surcroît, les logiciels libres demandent bien souvent à être personnalisés aux besoins de l'utilisateur, d'effectuer des actualisations régulières liées aux évolutions du logiciel et de se prémunir contre les risques liés à l'absence de responsabilité de l'auteur. Il est alors indispensable de détenir des compétences en interne ou de recourir à des services payants. Ces interventions doivent donc être financièrement prévues avant de se lancer dans un projet à l'aide de logiciels libres.

De surcroît, la tendance s'oriente de plus en plus vers des modèles économiques hybrides quant aux logiciels libres : une architecture logicielle en opensource avec des options développées et commercialisées par le secteur privé. Une alternative pas forcément cohérente avec les convictions des puristes du libre.

Par exemple, Dokeos est un LMS décliné à partir d'un autre LMS en opensource (Claroline) et est supporté par une société privée. Cet outil existe en 2 versions ":

  • une version gratuite aux fonctionnalités limitées, mais qui nécessite toutefois des frais de paramétrage, personnalisation, hébergement et maintenance
  • et une version payante (Dokeos Pro) qui suit les tendances des évolutions des autres produits du marché (intégration d'outils de suivi et de reporting pédagogique et d'un outil de rapid learning).

Aujourd'hui, le choix d'un engagement dans les logiciels libres relève plus d'une philosophie de partage que d'un réel avantage financier. Toutes les solutions présentes sur le marché sont donc à évaluer et comparer.

Pour poster un commentaire, veuillez vous identifier.

Connexion