Axer les ressources sur l’apprenant lui-même : une leçon des JIPN !

Chapô

La programmation et le déroulé des JIPN21 l’attestent : la dimension expérientielle des apprenants occupe désormais une place centrale. Accessibilité des ressources numériques, enseignement par le jeu et la recherche, adaptation des technologies streaming et webconferences aux publics visés, mobilisation de l’imagination pour mieux capter son auditoire…

Samuelle Dile
Paragraphes

Nombre de conférences menées au cours du mois de juillet sous la houlette de la Région Normandie ont démontré cette appétence pour la dimension humaine de nos métiers.

Serait-on à l’aube d’un nouveau virage ? Certains technophiles ont parfois voulu nous faire penser que la technologie allait réinventer la formation, ou en tous cas qu’elle était un paramètre pédagogique suffisant pour « faire le job ». L’actuelle période de pandémie est là pour nous rappeler que les enjeux sont sans doute moins à placer sur les ressources que sur l’apprenant lui-même, ses freins et ses capacités. Ainsi, la question n’est plus tellement de savoir si la formation à distance est LA formule gagnante, mais bien de comprendre comment s’adresser à l’humain, sur la base de ses besoins intrinsèques (grégarité, efficacité personnelle...) et de ses mécanismes d’apprentissage.
Le temps de l’efficience pédagogique serait-il venu ? On peut en tous les cas l’espérer, tant la multimodalité permet de faire vivre des parcours riches, divers et rythmés. Personnalisation et individualisation, expérience et reconnaissance à travers le parcours : voici les notions qui nous semblent les plus émergentes suite aux dernières JIPN.

Qu’avez-vous pensé de ces journées de votre côté ? Dans quelle mesure les JIPN21 ont-elles contribué à modifier certaines de vos pratiques ? Faites-nous partager votre expérience dans la rubrique "Commentaires" : nous brûlons de rédiger une brève à ce sujet.

En savoir plus :
https://www.jipn.fr/fr/me/programme/

Pour poster un commentaire, veuillez vous identifier.

Connexion