L’apprentissage par tâtonnement-erreur : une ressource majeure

Chapô

Le recours au mécanisme pédagogique du tâtonnement-erreur se révèle idéal dans certaines situations, telles que les apprentissages psychomoteurs par exemple. Permettant d’intégrer des processus complexes pas à pas, il doit cependant s’accompagner de certains prérequis. La sécurisation de l’apprenant est sans doute la plus importante.

icone pédagogie
Paragraphes

L’apprentissage par tâtonnement-erreur comporte au moins un avantage : il permet aux apprenants de sortir de l’illusion de la maîtrise qui est de mise dans beaucoup de formations. Cette forme d’acquisition de connaissances et d’expertise s’effectue en interaction avec le formateur ou un pair, et passe nécessairement par le feedback. En l’espèce, ce dernier se révèle primordial, comme nous l’indique cette ressource disponible sur le Scoop-It du Carif-Oref.

« L’apprentissage par essai-erreur est un processus inné chez l’être humain. C’est de cette manière que l’on apprend aux enfants à marcher par exemple, à manger ou à effectuer tout autre apprentissage nécessitant l’acquisition d’une tâche complexe », décrypte Samuëlle Dilé. « Cet apprentissage nécessite une synchronisation entre la tête, le corps et le coeur. Elle induit la ‘déstructuration’ d’un comportement, et ensuite sa restructuration en un savoir-faire modélisé et automatisé ». Le mécanisme pédagogique de l’essai-erreur facilite de ce fait l’intégration progressive et durable d’un processus dans son intégralité.

« Attention toutefois : il ne faut surtout pas confondre l’apprentissage par tâtonnement-erreur et l’apprentissage par l’échec ! Pendant longtemps, on a appris à nager aux enfants en les jetant dans le grand bassin avec comme toute solution une perche tendue par un animateur… Nous avons vu que dans de nombreux cas cela générait chez les enfants une peur bleue de l’eau, qui les suivait jusqu’à l’âge adulte. » Ceci pour dire qu’il ne faut surtout pas mettre l’apprenant en échec, générer en lui du stress et des mécanismes de résistance face à une difficulté trop importante. L’apprentissage par tâtonnement-erreur assigne des objectifs atteignables, en respectant la sécurité de l’apprenant. Qu’on se le dise ! 

Pour poster un commentaire, veuillez vous identifier.

Connexion