Retour salon Learning Technologies France - 2019

Chapô

Le salon s'est tenu les 30 et 31 janvier, à Paris Porte de Versailles. Certains d'entre vous y étaient, certains même exposaient !

J'y étais le 31: du monde, du monde, du monde. Entre discussion avec certains exposants, participation aux conférences et passage dans les stands, la journée est passée bien vite.
Qu'en ai-je retenu ?

Learning Technologies France
Paragraphes

Quelques mots clés : Mobile learning, vidéo, xAPI, IA (intelligence artificielle), algorithmes, neurosciences, ergonomie, réalité virtuelle/augmentée, serious games, adaptive learning, ancrage mémoriel®, deep learning, machine learning.

Le salon était très axés"outils"  (mais comme toujours sur ce type de salon : il faut bien avoir quelque chose à montrer, une nouvelle appli à faire tester...). La pédagogie était sous-tendue mais rarement au premier plan.
J'ai entendu parler d'efficacité, de grandes masses, et en même temps de personnalisation extrême. Qu'est-ce qui aider à résoudre cette équation ? Les algorithmes et la capacité des machines à apprendre en permanence et à "adapter" l'algorithme aux besoins des apprenants.

J'ai rencontré plusieurs éditeurs de solutions de mobile learning : attirant, ergonomique,facile à mettre en place. Citons Beedeez, Inteach, Teach on Mars, Sdrillers. J'ai vu des solutions pour faciliter la réalisation, l'embarquement et la diffusion de vidéos : Topovidéo (normand), Vyond, Videolearning; des créateurs de serious games : Dowino.
A noter  : la norme xAPI semble être rentrée dans les moeurs et est prise en compte par les éditeurs de ces solutions hors LMS, pour permettre de remonter les infos de suivi.

Des éditeurs de solutions pédagogiques en ligne vendent leur capacité à faire de l'ancrage mémoriel® : c'est le cas de Drillster ou Woonoz (projet Voltaire). Le fonctionnement ne s'adapte pas complètement à la personne mais les algorithmes ont l'air d'évoluer.
La qualité de ces solutions tient pour l'instant dans la faculté de la machine à nous rappeler que ce que nous avons appris il y a quelque temps, que l'on risque de perdre, et nous propose de retester nos connaissances / réapprendre. Le type de questions, contenus et la fréquence des propositions sont en adéquation avec nos réponses antérieures, la vitesse à laquelle on a appris.... Evidemment, la machine ne prend pas en compte le fait qu'on ait pu ancrer nos connaissances en les mettant en oeuvre dans notre job, dans la vie courante.

Il y avait aussi de nombreux éditeurs de LMS, LCMS, voire de solutions qui englobent la gestion RH, la gestion commerciale, la possibilité de créer son site web; bref, des éditeurs se solutions tout en 1, ou de solutions à la carte, sentant bien que le marché continue à se transformer et qu'il s'oriente vers "l'entreprise apprenante". On trouve ainsi Quevoal, Xperteam, Talentsoft, Cornerstone, FuturSkill...

Nos spécialistes normands de la multimodalité étaient présents :  Ingenium Digital Learning, capables de penser un dispositif innovant de A à Z, de le mettre en oeuvre sur une plateforme et de créer des ressources riches et engageantes, et également Topovidéo (cité plus haut).

Le débat de fin de salon, sur l'apport des neurosciences et de l'intelligence artificielle dans les processus pédagogiques, s'est tenu entre Balthazar Akademy, Didask, Thinkovery et Tips N'Learn. Moment passionnant où il ressortait que nous en sommes au balbutiement de l'utilisation de ces concepts / techniques en formation, qu'il faut y aller à petits pas, tester, se tromper, imaginer d'autres voies...Ce que font actuellement des chercheurs comme Son Thierry Ly (Didask) ou la société Docebo.

Article rédigé par Christophe Jourdain

Et vous, vous y étiez ? Qu'en avez-vous pensé ? Qu'en retirez-vous ? Vos commentaires sont les bienvenus.

 

 

Documents

Pour poster un commentaire, veuillez vous identifier.

Connexion