Compétences cachées : les formateurs et les ingénieurs pédagogiques les mobilisent aussi !

Chapô

Le monde de l’entreprise et du management a de plus en plus pour habitude d’aller mobiliser certaines des compétences cachées des collaborateurs.
Une ressource qui sert également aux formateurs comme aux ingénieurs pédagogiques. Petite revue de détail… et appel à témoignages !

Icône retour d'expérience
Paragraphes

Une richesse et des atouts : les compétences cachées qui se trouvent en chacun d’entre nous constituent autant de pépites qu’il est bon de savoir utiliser. Dans un article publié sur le Scoop-It du Carif-Oref Normandie, le spécialiste en formation Jérôme Lesage rappelle toute l’importance que les organisations ont à mobiliser ces ressources au sein de leurs propres équipes. Un hobby, des activités extra-professionnelles, une passion… Autant d’éléments de richesse que les managers peuvent favoriser auprès de leurs collaborateurs.

« Cette notion de compétences cachées est tout aussi centrale pour les formateurs ou les ingénieurs pédagogiques », explique Samuëlle Dilé. « Pour ce qui est des formateurs, les qualités connexes à l’expertise du contenu et à la pédagogie sont surtout liées à la communication, au jeu, à la capacité de résilience, à la créativité, à l’empathie… » Tel formateur engagé dans une troupe de théâtre pourra ainsi mieux travailler l’espace qu’il occupe, poser sa voix, laisser respirer son auditoire. Tel autre, féru de jeux de rôle ou de stratégie, sera en mesure de penser des activités ludiques. Un troisième, parce qu’il saura lâcher prise et se montrer philosophe, sera plus naturellement dans l’induction et non pas dans l’injonction au niveau relationnel. « Sur ce dernier point, nous sommes dans la notion de savoir-être et non plus dans le savoir-faire, mais cela fait partie de nos compétences cachées », décrypte Samuëlle Dilé.

Quant aux ingénieurs pédagogiques, ceux d’entre eux qui sont habiles de leurs mains, aimant à fabriquer, à construire, voire à « bidouiller » seront sans doute plus à mêmes de faire face aux impératifs de leur métier. « C’est un travail d’artisan », détaille Samuëlle Dilé. « Il faut aimer le souci du détail, de la méthode,  avoir l’habitude de faire, de défaire et de refaire… Ce n’est pas toujours donné à tout le monde ! »

Et vous, quelles sont les compétences cachées que vous mobilisez dans le cadre de vos missions de formateurs ou d’ingénieurs pédagogiques  ? Cette liste n’étant pas exhaustive, nous vous invitons à nous faire part de vos retours d’expérience !

 

Pour en savoir plus :

https://www.placedelaformation.com/blog/competences-cachees-ces-savoir-faire-et-savoir-etre-qui-font-la-force-dun-collaborateur


 

Pour poster un commentaire, veuillez vous identifier.

Connexion