Dans quelle mesure les émotions peuvent-elles favoriser la mémorisation ?

Chapô

Les émotions jouent un rôle majeur lors de la formation et plus largement en situation d’apprentissage. Attention toutefois : certains états émotionnels sont à bannir si l’on veut permettre aux apprenants d’oser, de progresser et de mémoriser de manière durable. Explications.

Icône retour d'expérience
Paragraphes

La mémorisation, l’apprentissage et les émotions se situent aux carrefours de deux conférences récemment assurées par Jean-François Michel et disponibles en ligne. Selon l’enseignant, formateur d’enseignants et conférencier, les émotions s’inscrivent dans un phénomène cognitif appelé « souvenir flash » (flashbulb memories) et amèneraient la mémoire à mieux retenir les informations qui lui sont soumises. L’intensité émotionnelle permettrait ainsi d’ancrer l’apprentissage en chacun d’entre nous, ce que confirme par ailleurs Samuëlle Dilé.

« Les émotions favorisent la mémoire épisodique en accélérant le processus mnésique », indique cette dernière. « Si un formateur ou un professeur fait vivre des émotions à ses apprenants, alors l’apprentissage sera plus facilement ‘encodé’ dans la mémoire de long terme des élèves. Cela démontre combien le corps et le cœur sont parfois mobilisés dans une situation d’apprentissage. » Un levier d’action qui peut donc être mis en branle par tous les formateurs. Attention toutefois : les émotions ne se valent pas toutes. « Il faut absolument éviter la peur, mais aussi les émotions issues d’une situation vécue comme traumatisante (ex : l’humiliation, les feedbacks sans apport, le seul jugement) ou qui touchent à notre intégrité psychique ou physique », met en garde Samuëlle Dilé. « Autrefois, il était d’usage d’apprendre à nager aux enfants en les jetant à l’eau le premier jour : ce faisant, au regard des enfants ayant appris de cette manière dans les années 1970,  la piscine a été pour nombreux d’entre eux associée à la peur. Cet apprentissage s’est pour beaucoup transformé en peur de l’eau : cette dernière était à fuir ! Il faut donc faire vivre des émotions positives et lumineuses aux apprenants si l’on veut les faire progresser et sécuriser les moments difficiles voire risqués inhérents à l’apprentissage ! Je parle ici de tout ce qui est autour de la coopération ou de la collaboration, mais aussi des techniques pédagogiques de renforcement positif à travers les feedbacks des formateurs. C’est à ce prix, et à ce prix seul que l’émotion peut ‘booster’ l’apprentissage. »

 

Jean-François Michel : comment les émotions agissent-elles sur la mémorisation ?

https://www.apprendreaapprendre.com/reussite_scolaire/comment-les-emotions-agissent-sur-la-memorisation-partie-1/


 

Pour poster un commentaire, veuillez vous identifier.

Connexion