Lieux d’apprentissage : la nature comme lieu « capacitant » ?

Chapô

Et si le cadre dans lequel nous évoluons, et tout particulièrement le cadre de la nature, favorisait les processus d’apprentissage ? Dans une conférence vidéo donnée dans le cadre de l’IFCAM, Denis Cristol rappelle combien le contexte dans lequel nous sommes plongés peut favoriser la disponibilité, la décontraction, la légèreté… et ainsi permettre une meilleure disponibilité d’esprit.

Icone pédagogie
Paragraphes

Spécialiste du management et des ressources humaines, Denis Cristol, directeur Innovation et Pédagogie à l’Association pour le Progrès du Management, faisait récemment partager son attrait pour les lieux naturels. Dans une conférence donnée en janvier au sein de l’IFCAM (université du groupe Crédit Agricole), il rappelle combien certains des lieux de la nature se révèlent « apprenants » ou « capacitants », en sus des lieux de savoir ou de formation que nous pouvons fréquenter par ailleurs. « Il existe dans certains cas un génie du lieu, où l’on retrouve une énergie spécifique », explique-t-il.

Cette approche nous permet d’évoquer les liens qui peuvent exister entre les lieux dans lesquels nous évoluons et les processus d’apprentissage. « Les lieux et la manière dont nous les appréhendons constituent bien sûr des paramètres pédagogiques », explique Samuëlle Dilé. Rebondissant sur les propos de Denis Cristol, la spécialiste rappelle combien se mouvoir dans la nature peut se révéler bénéfique dans le cadre de certains processus. « L’élément naturel implique souvent la marche, laquelle aide beaucoup par exemple à l’ancrage mnésique des savoirs sémantiques ou à activer la mémoire épisodique en lien avec notre expérience sensorielle et émotionnelle. » 

Au-delà de cette dimension naturelle, changer de lieu, mais aussi changer la disposition d’un lieu peut également se révéler bénéfique. « C’est tout l’intérêt de ces nouveaux lieux que l’on appelle les tiers lieux, les espaces de coworking ou de partage », poursuit Samuëlle Dilé. « Ces derniers rendent l’individu actif et participatif. Dans un tel contexte, la modularité des espaces se révèle intéressante, comme cela a été démontré dans certains pays nordiques où les salles d’apprentissage sont aménagées à la demande. » Une manière de rappeler combien les contextes physiques dans lesquels nous nous inscrivons en situation d’apprentissage interagissent avec nous, avec notre concentration, avec l’énergie qui nous anime et qui nous guide.

 

Denis Cristol, « Apprendre la force des lieux. La nature comme source d’inspiration »

https://www.youtube.com/watch?v=ItfbKT9BQQk


 

Pour poster un commentaire, veuillez vous identifier.

Connexion