Quand le Roling permet (réellement) de faire évoluer le savoir être…

Chapô

Se décentrer pour faire évoluer son savoir être : tel est le bienfait du Roling, c’est-à-dire de l’Immersive Learning. C’est en effectuant un pas de côté, en s’éloignant de son environnement quotidien que l’apprenant peut paradoxalement être le plus à même de vivre une situation de manière juste. Décryptage…

Icône innovation
Paragraphes

Dans quelle mesure le Roling peut-il permettre de développer les Soft Skills tout en s’amusant ? Surtout, ne zappez pas devant tant d’anglicismes : nous allons décrypter tout cela pour vous !

Dans un article récemment paru sur la plateforme Digiformag, Jade Atoui explique de quelle manière les savoir-être (Soft Skills, ou compétences douces) peuvent être  développés grâce au Roling, c’est-à-dire via l’immersion au cœur d’un jeu de rôles (médiéval en l’occurrence). S’entraîner à la négociation dans une taverne moyen âgeuse, devenir en tant qu’apprenant un personnage aventurier s’autorisant au lâcher prise, se mettre en situation de quête… Vous l’aurez compris, l’Immersive Learning a le vent en poupe. Et pour cause : ses ressorts vont bien au-delà de la dimension gadget des innovations technologiques sur lesquelles il s’appuie souvent (casques de réalité virtuelle par exemple).

« On peut difficilement apprendre un Soft Skill en formation par des jeux de rôles qui imitent platement la situation de travail, et c’est bien là toute la question qui est posée au formateur », décrypte Samuëlle Dilé. « Un jeu pédagogique qui vous place en situation connue est en effet trop proche de la réalité pour que votre cerveau puisse lâcher prise. Les raisons sont nombreuses : peur du jugement des autres, souhait de bien faire, crainte de se tromper, jeu de biais cognitifs, croyances limitantes entraînant des comportements inappropriés de type évitement, contournement ou résistance… » Face à cela, l’intérêt pédagogique de transposer une situation dans un environnement totalement nouveau s’impose, hors du cadre réaliste dans lequel nous avons pour habitude de nous déployer. « Se décentrer, surtout dans des univers très lointains, permet paradoxalement de mieux vivre une situation, d’agir sans chercher à contrôler son environnement », poursuit Samuëlle Dilé. « Dans le Roling, la seule chose à faire consiste finalement à ressentir, à vivre une expérience et à produire une réflexion qui s’inscrit dans l’ici et le maintenant. Cette approche est le principe même de tout apprentissage immersif : elle permet de désinhiber l’apprenant de sa propre expertise et de son propre référentiel. ». Ensuite viendra le temps du débriefing et du processus projectif avec le cadre référentiel de la personne à chaud et à froid. 

Un processus d’ensemble qui fait du Roling st une pratique à mobiliser si l’on veut amener les apprenants à agir de manière spontanée et authentique.

 


 

Pour poster un commentaire, veuillez vous identifier.

Connexion